Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 19:50
RAPHAEL FAÿS : ENTRE MANOUCHE ET FLAMENCO, ITINERAIRE D'UN SURDOUE

Raphaël Faÿs est né en 1960.

En 1965, son père Louis Faÿs, guitariste de jazz, lui offre une petite Favino et l’initie à l’instrument en lui apprenant notamment le style de Django Reinhardt. A 12 ans, Raphael intégre l’académie de guitare de Paris pour y apprendre le solfège et la musique classique.

Parallèlement, il joue dans des bars parisiens et notamment à la célèbre « Chope des Puces » et au « Centre américain ». En 1975, il est découvert par Jean Louis Foulquier et Franck Ténot qui l’invitent à la radio. Jacques Chancel entend l’émission et contacte immédiatement l’animateur pour être présenté à Raphael. Jacques Chancel offre à Raphael sa première apparition télévisée au « Grand Echiquier » (dans lequel il sera invité 5 fois). La médiatisation du jeune Raphael est immédiate : il enregistre plusieurs disques faisant la part belle au répertoire de Django et il participe à des émissions de variétés sans intérêt. Il dira lui-même lors d’une interview pour le magazine « French Guitare » :

- « Quand j’ai fait le Grand Echiquier, j’étais trop jeune, un gamin sans expérience, sans agent, sans conseil et sans recul. Et puis, j’étais un musicien beaucoup trop « vert »; les disques que j’ai fait à cette époque n’étaient pas d’une grande tenue musicale. Si c’était à refaire, je ne le referais pas, c’était trop tôt ».

Afin d’éviter la comparaison avec Django, Raphael se diversifie en s’intéressant à d’autres styles musicaux. En 1980, il rencontre Michel Sadanowski, 1er prix de guitare de Paris, avec lequel il jouera en duo. Parallèlement, il s’intéresse au jazz fusion .

En 1987, il rencontre Paco de Lucia à Paris. Dès lors,il se passionne pour la musique flamenca. Son aisance technique favorise sa maitrise rapide d’une nouvelle expérience guitaristique qu’il pratique au médiator. Mais probablement par modestie, il n’ose pas se produire en public avec un répertoire flamenco malgré des années de travail avec des amis espagnols. Mais il compose de nombreuses œuvres d’inspiration flamenca : bulérias, alégrias, fandango. En fait, il attendra 2008 pour sortir son premier album flamenco « Andalucia ». Il dira dans « French guitare » :

« Le Flamenco est une musique que j'ai vécue et que je sens au fond de moi. Il transpire dans ma façon de jouer, même quand je joue du jazz... Quand je monte sur scène, je suis comme un torero qui entre dans l'arène ».

En attendant cet album qui fut un tournant, et vouant une grande admiration pour Alexandre Lagoya, il se consacre à la guitare classique pour interpréter les œuvres des grands compositeurs : Fernando Sor, Tarrega, Villa Lobos, Albeniz avant de se tourner vers la composition d’une œuvre poétique, romantique et parfois baroque inspirée par Frédéric Chopin, de Barrios ou encore Villa Lobos, faite de mazurkas, de préludes, de suites espagnoles ou baroques.

Depuis plus de trente cinq ans l’univers musical de Raphaël Faÿs traverse l'Europe avec un répertoire interprété avec une dimension très personnelle car il a su synthétiser le flamenco, la musique gitane et le jazz manouche en plus de vingt albums.

Définitivement adopté comme l’un des grands guitaristes de la scène flamenca au service d’une musicalité généreuse, il joue son propre flamenco caractérisé par sa richesse mélodique, sa technique irréprochable et l’expressivité de son jeu au médiator.

Après quatre années d’un travail de composition, Raphael Faÿs a présenté en janvier 2015 son nouvel opus « Circulo de la noche », un triple CD proposant un voyage époustouflant au pays du flamenco. Basé sur "Los palos d’el flamenco", des styles venant des chants traditionnels et de la danse, cette trilogie résonne comme un vibrant hommage à Paco de Lucia.

Une nouvelle fois, Raphael Faÿs a fait la démonstration de son élégance, de sa sensibilité et de sa virtuosité au service de la musique.

Raphael Faÿs est à la fois dans la lignée de Django Reinhardt, de Lagoya et de Paco de Lucia ce qui lui permet d’être reconnu comme l’un des plus grands virtuoses au monde.

Olivier Blochet dit Le Niglo

Le 3 janvier 2016

RAPHAEL FAÿS : ENTRE MANOUCHE ET FLAMENCO, ITINERAIRE D'UN SURDOUERAPHAEL FAÿS : ENTRE MANOUCHE ET FLAMENCO, ITINERAIRE D'UN SURDOUE
RAPHAEL FAÿS : ENTRE MANOUCHE ET FLAMENCO, ITINERAIRE D'UN SURDOUE

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier LE NIGLO - dans Biographie de musiciens
commenter cet article

commentaires