Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 06:40
Jean-Christophe Paillé lors du Salon du Livre de La Mothe Achard  au mois de mai 2017 (copyright Olivier Blochet 2017)

Jean-Christophe Paillé lors du Salon du Livre de La Mothe Achard au mois de mai 2017 (copyright Olivier Blochet 2017)

 

            Je présente aujourd’hui Jean-Christophe Paillé :

                          un auteur de romans policiers

 

O.B : Bonjour Jean Christophe Paillé, présentez vous en quelques mots, quel est votre parcours, que faisiez-vous avant d’écrire ?

J-C.P : Je m’appelle Jean-Christophe Paillé, j’ai 47 ans. Je suis né à Rennes mais ma mère est originaire de Vendée et mon père du Poitou. Après de nombreux déménagements entre Nantes, Angers, Paris, Orléans…, je vis actuellement au Poiré Sur Vie mais j’ai un pied à terre à Saint Gilles Croix de Vie ou je passe la plupart de mes week-ends. Je suis marié et j’ai deux enfants. J’occupe actuellement un poste de responsable informatique pour la France et le Maroc chez le deuxième transporteur mondial, DB Schenker, ce qui occasionne de nombreux voyages à l’étranger. Je pratique beaucoup de sports : course à pied (9 marathons à mon actif, plusieurs trails en montagne…), VTT, plongée, surf… Mon intérêt pour la mer m’a également poussé à passer mes permis bateau côtier et hauturier. Nous avons également beaucoup voyagé entre la Polynésie, la Nouvelle Calédonie, les îles de Méditerranée et les pays européens.

Bref, une vie bien remplie car j’ai horreur du vide !

 

O.B : Depuis quand écrivez vous et qu’écrivez- vous ?

J-C. P : Ecrire un livre faisait partie intégrante de mes objectifs de vie. J’ai attendu l’âge de la maturité pour me lancer dans l’écriture, il y a 4 ans seulement. J’écrivais déjà des poèmes étant plus jeune. Je ne suis pas un grand lecteur et je privilégie les romans policiers, ceux qui me tiennent en haleine et dont le rythme est soutenu, à l’image de mon côté sportif. Mes œuvres sont donc des romans policiers qui se déroulent principalement en Vendée pour découvrir le département autrement. J’essaie de mettre en valeur les lieux, le patrimoine, la culture, les associations et la gastronomie qui constituent l’identité de ce département très actif.

 

O.B : Quels sont les titres de vos derniers livres ?

J-C.P : Les titres de mes livres sont «Le Naufragé des Cinq Pineaux » en 2014, «Le Noyé du Moulin à Elise » en 2015 et «L’imposteur des Olonnes", en 2016.

 

O.B : Jean-Christophe, pouvez-vous nous parler de votre dernier ouvrage ?

J-C. P : Dans mes romans, on retrouve les personnages de façon récurrente, Yann Jornet, agent des services secrets français et Romane Scott, journaliste locale. Dans le dernier Opus, intitulé « L’Imposteur des Olonnes », les skippers du Vendée Globe disparaissent un par un, un an avant le début de l’épreuve. L’intrigue se mêle au spectre du flibustier Jean-David Nau, aussi appelé François l’Olonnais le cruel, ainsi qu’à un trésor convoité datant de l’Ordre de Saint Jacques. Ce mélange explosif entre les époques et la cruauté des meurtres, tiennent le lecteur en haleine jusqu’au bout du suspens…

 

O.B : Les sujets qui vous inspirent sont résolument policiers ?

J-C.P : Les sujets qui m’inspirent sont évidemment les intrigues policières, le sport, les voyages, les lieux, l’histoire… Quand j’aurai épuisé mon inspiration pour les aventures de Yann Jornet et Romane Scott, je souhaiterais essayer un autre style avec un roman d’anticipation dont j’ai déjà posé la trame…

 

O.B : Quel est le conseil le plus important que vous avez reçu pour écrire ou dans un autre domaine ?

J-C.P : Lorsque je me suis lancé dans l’écriture, j’étais assez autodidacte et je découvrais un monde qui m’était totalement inconnu. J’ai fait beaucoup de recherches sur Internet, dans des forums… Le fait de me faire corriger par une écrivain publique m’a apporté beaucoup sur le style, les répétitions de mots, les ponctuations… tous les pièges à éviter. La partie la plus fastidieuse pour moi est la relecture. C’est pour cela que je n’hésite pas à faire lire et relire mes manuscrits par des membres de mon entourage (amis, famille…). Toutes les critiques sont bonnes à prendre, positives comme négatives…un moyen d’être constructif.

 

O.B : Les lecteurs s’interrogent souvent sur la méthode des auteurs pour écrire. Avez-vous une technique précise ou est-ce l’inspiration qui vous guide dans la construction de vos intrigues et de vos personnages ?

J-C.P : Je travaille essentiellement à l’inspiration. Au fil de l’histoire je pose mes personnages sur papier pour ne pas perdre le fil de l’intrigue. Je construis l’histoire dans mon esprit et ne la quitte pas jusqu’à l’épilogue. Mon inspiration vient à tout moment de la journée. Le matin, en me levant, je note les idées de la nuit. Le cerveau est en perpétuelle effervescence, on devient « accro » à sa propre histoire.

 

O.B : Travaillez-vous sur un nouveau projet et si oui, sans nous dévoiler l’intrigue, quel en est le thème ?

J-C.P : Je travaille effectivement sur un autre projet qui devrait voir le jour pour cette fin d’année. Le quatrième opus des aventures de Yann Jornet et Romane Scott. Cette fois-ci, je vais faire plonger les lecteurs au cœur du marais breton vendéen avec des références qui ont marqué une partie de mon enfance, puisque j’ai vécu pendant 7 ans à Soullans. Je me suis nourri de pêches à la grenouille, de ragondins, de sauts à la ningue, de yole… toute la culture maraîchine…Bien évidemment, des meurtres vont venir émailler cette vie si paisible et tranquille au milieu de la nature…

 

O.B : Avez-vous le projet de participer prochainement à un événement littéraire ?

J-C.P : J’ai participé récemment au premier salon du livre de la Mothe Achard. Je n’ai rien de prévu pour le moment côté littéraire mais côté sportif, je vais courir le trail de la Saute Mouflon dans l’Hérault début juin (50kms, 3000m D+). Je serai sur les terres d’Antoine Guillon, champion du monde de trail 2016 et également écrivain avec qui j’ai échangé sur le sujet. Je vous recommande son roman « Les aventures de Tim Runwood – "Le Sistrophon ».

 

O.B : Quel est le premier conseil que vous donneriez à un auteur débutant ?

J-C.P : Ne pas hésiter à échanger avec des auteurs plus confirmés. Les salons sont faits pour cela. Poser un maximum de questions et chercher sur Internet. Ensuite il existe des clubs d’écriture dans des associations ou dans les bibliothèques.

 

O.B : Jean-Christophe, comment appréhendez vous le monde de l’édition d’aujourd’hui ?

J-C.P : Le monde de l’édition est un monde difficile. Il y a beaucoup d’écrivains sur le marché qui souhaiteraient se faire éditer mais tous les candidats ne sont pas éligibles. Pour démarrer, l’auto édition est un bon début. Mais il ne faut pas avoir peur de se vendre auprès des librairies ou des grandes surfaces en faisant des journées dédicaces. Sinon on peut juste travailler avec un diffuseur qui assurera ce côté « commercial ». Penser que l’on va écrire des livres pour en vivre est illusoire. A peine 5% des écrivains vivent de leurs œuvres. Il faut que cela reste une passion, une envie…

 

O.B : Avez-vous des auteurs fétiches ?

J-C.P : Le trio de mes auteurs fétiches est Franck Thilliez, Jean-Christophe Granger et Michel Bussi.

 

O.B : Que lisez-vous en ce moment ?

J-C.P : En ce moment je lis deux livres simultanément : « Rêver » de Franck Thilliez et « Le Bourdon du Poilu » de Jean-Paul Fontanon que j’ai rencontré lors de mon dernier salon du livre. Les salons sont un moment d’échanges privilégiés entre les auteurs et les lecteurs mais également entre auteurs. Ces événements permettent de découvrir les œuvres de nos confrères et de découvrir des parcours différents où chacun est unique. C’est également grâce à notre rencontre lors de ce même salon, que je peux vous livrer cette interview aujourd’hui.

 

O.B : Oui, effectivement (rires). Une question essentielle Jean-Christophe : où peut-on se procurer vos livres et où peut-on suivre votre actualité ?

J-C.P :Comme je suis auto éditeur, je gère tout moi-même : les dépôts de livres, les réassorts, la distribution, la facturation… Cela me demande beaucoup de temps (déjà que je n’en ai pas beaucoup) et d’énergie. Mes livres sont disponibles dans les points de vente uniquement en Vendée (Challans, La Roche Sur Yon, Saint Gilles Croix de Vie, Les Sables d’Olonne…). Sinon, ils sont disponibles sur des plateformes de téléchargement comme Librinova :

http://www.librinova.com/librairie/jean-christophe-paille/le-naufrage-des-cinq-pineaux

ou sur Amazon pour liseuses Kindle :

https://www.amazon.fr/Naufrag%C3%A9-Cinq-Pineaux-Jean-Christophe-PAILLE-ebook/dp/B0134YIAYG

J’ai une page Facebook de mon profil d’écrivain :

https://www.facebook.com/jcp.ecrivain/

Plus une page Facebook pour chacun de mes livres.

Je fais également partie des écrivains de Vendée :

https://ecrivainsvendee.wordpress.com/les-auteurs/les-auteurs-de-p-a-r/paille-jean-christophe/

 

O.B : Merci Jean-Christophe Paillé d’avoir participé à cette interview qui va permettre à nos lecteurs de mieux vous connaitre.

 

 

Olivier Blochet

Interview réalisée le 25 mai 2017

 

JEAN-CHRISTOPHE PAILLE : UN AUTEUR DE ROMANS POLICIERS
JEAN-CHRISTOPHE PAILLE : UN AUTEUR DE ROMANS POLICIERS
JEAN-CHRISTOPHE PAILLE : UN AUTEUR DE ROMANS POLICIERS
JEAN-CHRISTOPHE PAILLE : UN AUTEUR DE ROMANS POLICIERS
JEAN-CHRISTOPHE PAILLE : UN AUTEUR DE ROMANS POLICIERS

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans interview d'écrivains
commenter cet article

commentaires