Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 18:43
NON EMMANUEL, L'EXCEPTION CULTURELLE FRANCAISE EXISTE

                                      ....... CHRONIQUE NOIRE n°7.......

 

La campagne pour les présidentielles 2017 s’achève et elle me laisse un goût amer : aucun des candidats n’a abordé le thème de la culture.

Morbleu si ! Un candidat en a parlé pour dire cette sottise (et je pèse mes mots, il sera probablement le prochain Président de la République : « Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse » (Emmanuel Macron, Lyon, le 4 février 2017).

Désolé Emmanuel, je ne suis pas d’accord avec toi.

Tout d’abord, ne prend pas ombrage de ma familiarité lorsque je t’appelle par ton prénom, mais depuis que tu m’as téléphoné directement chez moi et que matin, midi et soir tu entres dans mon intimité par l’intermédiaire de mon écran de télévision, tu as créé une proximité quasi amicale.

Sur le fond, je te rappelle qu’en 1993, l’Union Européenne avait instauré, à l’instigation de la France, un statut spécial pour les œuvres au sens large visant à les protéger des règles commerciales du libre-échange. Depuis, en d’autres termes, cela veut dire que la création culturelle ne constitue pas un bien marchand comme les autres et qu’elle doit être protégée par des règles différentes de celles de la seule loi du marché.

C’est à cette époque qu’est née l’expression « exception culturelle ».

A partir de là, l’intervention de l’État a été requise pour protéger et promouvoir la création culturelle et artistique française dans le monde. Elle a été construite autour d’un système de soutien de nature législative ou réglementaire (taxes pour financer le Centre National de la Cinématographie et de l’Image, quotas en matière de diffusion radiophonique d’œuvres musicales, diffusion par les télévisions d’un pourcentage d’œuvres en langue française, instauration du prix unique du livre, bourses littéraires, subventions aux théâtres, allègements fiscaux etc … ) dont on peut critiquer le coût mais qui ont permis la création de milliers d’emplois dans les domaines de l’audiovisuel, de l’art, de l’édition et de la musique grâce à une régulation de l’invasion de la musique anglo-saxonne et des supers-productions américaines.

Mais, il ne faut pas se méprendre. La France accueille à bras ouverts la culture étrangère car la diversité est nécessaire pour se nourrir de la richesse intellectuelle de nos partenaires. La seule limite à fixer est de ne pas céder à la mondialisation de la culture comme depuis 20 ans nos gouvernements successifs ont cédé par faiblesse à la mondialisation industrielle laissant disparaître ou partir des pans entiers de notre patrimoine productif, engendrant ainsi le chômage et l'appauvrissement de régions autrefois prospères.

Il ne s’agit donc pas d’avoir une conception défensive de la culture française mais de maintenir la préservation de celle-ci. Nier aujourd'hui son existence reviendra à terme à supprimer les aides publiques visibles pour adopter le système du mécénat invisible en vigueur aux Etats Unis (encouragé par des mesures fiscales). Et là, il en sera fini des salles de cinéma d’arts et d’essais, des petites maisons d’éditions dénicheuses de talents, de la musique alternative, de la création tout simplement.

Rejeter l’exception culturelle française, souvent en la caricaturant, est un non sens. Toutes les cultures doivent librement coexister.

Alors non Emmanuel, lundi tu ne pourras pas affronter - après avoir nié l’existence de la culture française et affirmé par ailleurs la nécessité de s’aligner sur les directives européennes - les commissaires européens hostiles aux subventions à certains secteurs, sans bousculer le grand mécano des aides actuelles.

Ce que je ne comprend pas, c’est le soutien sans réserve que t’apportent les représentants des « milieux culturels ». Certes, ton point de vue ne figure pas dans ton programme officiel, mais ces artistes, ces écrivains et ces intellectuels ne devraient-ils pas manifester leur désaccord ? Sont-ils suicidaires, eux qui vivent du système de protection de l’exception culturelle française ?

Je crains que pour le grand libéral que tu es, la tentation soit grande d’intégrer la culture française dans le grand marché du libre-échange pour la diluer dans un grand « fousitout ». Ce serait une grave erreur.

Franchement, après 20 ans de désindustrialisation dont on mesure chaque jour les effets, j’espère ne pas voir en quelques années voir disparaître la diversité de notre culture qui, durant des siècles, a gratuitement éclairé le monde.

 

Olivier Blochet

Le 3 mai 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Chroniques Noires
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE OLIVIER BLOCHET
  • LE BLOG DE OLIVIER BLOCHET
  • : MES CHRONIQUES LITTERAIRES, MON ACTUALITE, MES CHRONIQUES SUR LES TSIGANES ET SUR LE JAZZ MANOUCHE, MES CHRONIQUES NOIRES.
  • Contact

Recherche

Liens