Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 07:30
DÉDICACE A L'ESPACE CULTUREL LECLERC DE SAINTE VERGE LE SAMEDI 18 MAI 2019

J'aurai le plaisir de dédicacer mes livres le samedi 18 mai 2019 à l' "ESPACE CULTUREL LECLERC" de SAINTE VERGE de 10 h00 à 13 h 00 et de 14 h à 18 h 00.

Au plaisir de vous y retrouver pour vous présenter mon nouveau roman "ZUTRHA ".

 

Olivier BLOCHET

Le 13 mai 2019

DÉDICACE A L'ESPACE CULTUREL LECLERC DE SAINTE VERGE LE SAMEDI 18 MAI 2019
DÉDICACE A L'ESPACE CULTUREL LECLERC DE SAINTE VERGE LE SAMEDI 18 MAI 2019
Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 11:02
Photographie AFP

Photographie AFP

 

CHRONIQUE NOIRE N° 29

 

La polémique sur le vocabulaire employé par Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, après l’intrusion de manifestants dans l’enceinte de l’hôpital de La Pitié Salpêtrière est consternante.

Je ne vois pas la différence entre une attaque ou une intrusion violente, une attaque étant forcément violente. Je m’interroge : en cas de viol, doit-on parler d’attaque ou d’intrusion violente ? Cessons de jouer sur les mots.

La justification de la casse d’une grille d’accès et l'invasion d'un établissement hospitalier pour fuir les gaz lacrymogènes se heurte au bon sens. Pourquoi stagner devant cette grille le temps qu’elle cède sous les coups de boutoir des casseurs au lieu de filer droit devant sur le boulevard ?

Les temps changent. Au Moyen-âge, les fugitifs se réfugiaient dans les églises érigées en asiles sacrés et inviolables. Aujourd’hui les hôpitaux et demain, pourquoi pas les boulangeries et les poissonneries ?

Et pendant que l’opposition au sens large s’insurge contre les propos du ministre, pas un mot sur les deux commissariats, de Besançon et de Paris 13e, attaqués violemment par des manifestants-casseurs le même jour.

La mauvaise foi des politiques et autres observateurs fait pitié.

Lorsque les forces de l’ordre n’interviennent pas, leurs autorités de tutelles sont fustigées et lorsqu’elles tentent d'endiguer les violences, la Macronie devient une dictature.

En opposant les maux aux mots, on oppose la connerie à l’intelligence, le parti pris au raisonnement , sans ne faire avancer aucune cause.

 

Olivier BLOCHET

Le 5 mai 2019

 

© Droits réservés – Olivier Blochet - mai 2019 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 00:30
SALON DU LIVRE DE MARANS LES 11 ET 12 MAI 2019

Les 11 et 12 mai 2019, j'aurai le plaisir de participer au Salon du Livre de Marans (17) dans le cadre remarquable de l'ancienne Halle aux Poissons.

Nous serons 25 auteurs dont mes amis Magda Pascarel, Jean Luc Loiret et Dieudonné Zélé.

Le samedi après-midi à 14 heures, une dictée ouverte à tous permettra aux participants de gagner des lots.

Au plaisir de vous y retrouver dans une ambiance conviviale.

 

Olivier BLOCHET

Le 5 mai 2019 

 

 

SALON DU LIVRE DE MARANS LES 11 ET 12 MAI 2019
SALON DU LIVRE DE MARANS LES 11 ET 12 MAI 2019
Partager cet article
Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 12:30
PROPAGANDA

 

CHRONIQUE NOIRE N° 28

 

Il était doux le temps où des « philosophes » avinés, accoudés aux comptoirs des bars, refaisaient le monde, un verre à la main, commençant leurs phrases par : «  Moi, ch’erais le Président, et ben je … »  pour sortir une énormité sur la vie sociale, économique, politique et parfois même sur la conquête spatiale. Leurs propos ne faisaient pas trembler la République, ils amusaient les clients et lorsqu’ils étaient trop saouls, le bistrotier les virait sans ménagement. Sans rancune, ces bons bougres revenaient le lendemain pour une nouvelle salve de «  brèves de comptoirs » savoureuses.

L’émergence des réseaux sociaux, leur développement exponentiel et chronophage, permet désormais à des légions d’imbéciles de soutenir, sans aucune réflexion préalable, sans maîtriser des concepts économiques sociaux ou constitutionnels élémentaires, des arguments d’une profonde bêtise lorsqu’ils ne sont pas tout bonnement fallacieux.

Cette pensée est savamment concoctée par de pseudos médias virtuels revendiquant une indépendance vis-à-vis des puissances industrielles et financières, et prônant une liberté éditoriale et idéologique vis-à-vis des partis politiques.

Il s’agit ni plus ni moins que d’un jeu de rôle, car il suffit de gratter un peu pour s’apercevoir qu’en fait, ces médias sont les officines affiliées à des partis politiques, à des pays étrangers ou encore à des groupes dont la  pensée philosophique est discutable.

Le plus actif sur les réseaux sociaux est probablement  Le Média. Ce site d’actualités a été fondé par Sophia Chikirou, Henri Poulin et Gérard Miller dont les expériences politiques ne plaident pas pour le pluralisme politique. D’ailleurs, ses fondateurs ont soutenu et participé à la campagne de Jean-Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle de 2017. Prétendre aujourd’hui qu’il n’existe aucun lien entre Le Média  et La France insoumise  relève d’un exercice de haute voltige. D’ailleurs, lorsque Sophia Chikirou quitta  Le Média  en juillet 2018 [depuis sa société Médiascop  est en procès avec lui pour une sombre affaire de factures contestées], ce fut pour rejoindre La France insoumise  et pour en assurer la communication dans le cadre des élections européennes de 2019. Jetons un voile pudique sur les révélations de Médiapart, sur les liens entre la ravissante Sophia et Jean Luc, après la perquisition des bureaux de La France insoumise (1)

Le dogme ainsi décrit semble bien éloigné de la ligne éditoriale proclamée « humaniste, progressiste, écologique, féministe et pluraliste».

Le Média revendique une « subjectivité honnête », mais celle-ci est incompatible avec le militantisme et l’instrumentalisation. D’ailleurs, depuis que le masque est tombé, les soutiens de la première heure se retirent les uns après les autres après des dérapages, notamment dans le traitement de l’information sur la guerre en Syrie ou sur l’occupation du site universitaire de Tolbiac.

 

Un autre média d’inspiration identitaire, situé à l’extrême droite, est très influent. Il s’agit de Fdesouche, un agrégateur d’informations qui diffuse une  revue de presse sur les réseaux sociaux et dont le choix est résolument partial pour appuyer des thèses de l’extrême droite : « immigration, xénophobie, islamophobie, sexisme ». Certains médias traditionnels l’accusent de désinformation car le site relaie de fausses informations et contribue à la diffusion de rumeurs. Nous pourrions également ajouter l’outrance frôlant souvent des poursuites pour propos racistes.

Ce site comptait 315 000 visiteurs en février 2017 (source : Médiamétrie)

 

Un autre site est de plus en plus présent et relayé : il s’agit d’ AJ +.

Malgré sa façade progressiste se cache une succursale d'Al-Jazira,  la chaîne télé détenue par la famille royale du Qatar, un émirat autoritaire et ultra conservateur. Derrière une image de média pour les "générations connectées et ouvertes sur le monde" se cache une propagande basée sur des obsessions identitaires comme "la liberté de porter le voile" ou l'homophobie. Il vaut mieux le savoir avant de partager les vidéos de ce pseudo média indépendant. Dans l’un de ses derniers reportages, ce média qui avance à visage caché (2), traite de la situation des hôpitaux en France. J’imagine le tollé si un média français se préoccupait de la vie des homosexuels au Qatar.   

Sans doute pour surfer sur la proximité du slogan de Stéphane Hessel « Indignez-vous », vous pouvez également croiser les publications de "Réveillez-vous ! ". Ce média virtuel est une publication biblique éditée par les "Témoins de Jéhovah". Après avoir prétendu que plus de 20 pays à travers le monde connaissent un mouvement similaire aux gilets jaunes, photos  à  l’appui,  "Réveillez-vous ! " explique comment faire face aux problèmes de notre époque en donnant de "solides raisons de croire que le Créateur réalisera sa promesse de mettre en place un monde nouveau paisible et sûr". Autrement dit, rien à voir avec un mouvement social, il s'agit simplement de prosélytisme religieux ! En outre, les photos n'ont rien à voir avec des revendications sociales. Il s'agit là encore d'une grossière manipulation.

 

Bien sûr, d’autres torche-culs sont présents sur les réseaux sociaux et j’encourage leurs lecteurs à rechercher ce qui se dissimule derrière leurs façades faisandées.

 

Rappelons que nous sommes dans une démocratie et que ce n’est pas de packs (3) d’opinions imposés dont nous avons besoin, mais d’informations brutes pour nous faire nous- mêmes notre opinion.

 

Olivier BLOCHET

Le 4 mai 2019

 

© Droits réservés – Olivier Blochet - mai 2019 

  1. Depuis une loi de 1970, l’article 9 du Code civil  prévoit que "Chacun a droit au respect de sa vie privée", le juge étant libre d’interpréter ce qui représente une atteinte à l'intimité. L’article 226-1 du Code pénal prévoit des sanctions (un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende). Mais la jurisprudence considère que la presse peut commettre des entorses à ce principe quand la publication répond à un "intérêt légitime d’information du public". Cette légitimité est d’autant plus facile à démontrer lorsque sont visées des "personnes appartenant à la vie publique".
  2. Voilé diraient certains.
  3. Du pack au pac (piège à cons), il n’y a qu’un pas.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 08:28
DÉDICACE A L'ESPACE CULTUREL LECLERC DE SAUMUR LE SAMEDI 4 MAI 2019

J'aurai le plaisir de dédicacer mes livres le samedi 4 mai 2019 à l' "ESPACE CULTUREL LECLERC" de SAUMUR de 10 h00 à 13 h 00 et de 14 h à 18 h 00.

Au plaisir de vous y retrouver pour vous présenter mon nouveau roman "ZUTRHA ".

 

Olivier BLOCHET

Le 1er mai 2019

 

 

DÉDICACE A L'ESPACE CULTUREL LECLERC DE SAUMUR LE SAMEDI 4 MAI 2019
DÉDICACE A L'ESPACE CULTUREL LECLERC DE SAUMUR LE SAMEDI 4 MAI 2019
Partager cet article
Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 08:00
JOURNEE DU LIVRE DE JARD SUR MER LE 1er MAI 2019

Avec un plaisir renouvelé, je participerai à la Journée du Livre de Jard sur Mer (85), le 1er mai 2019 sur la port de plaisance.

Au plaisir de vous y retrouver.

 

Olivier BLOCHET 

Le 27 avril 2019

 

JOURNEE DU LIVRE DE JARD SUR MER LE 1er MAI 2019
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 07:35
Steeve Laffont

Steeve Laffont

   

 

      Steeve Laffont est issu d'une famille Sinti-Piémontaise, aujourd'hui installée près de Perpignan.

 

    A 6 ans, il commence à apprendre le piano. Il a 9 ans lorsque Mario Petrucciolison oncle, lui offre sa première guitare et lui donne les bases. Bien que sans notion de solfège, Steeve Laffont apprend en autodidacte les harmonies et les rythmes en écoutant les standards de Django Reinhardt.

    Plutôt réservé, il prend l'habitude de jouer avec ses cousins, Rudy Rabuffetti à la pompe, lequel est également luthier, et Serge Oustiakine à la contrebasse, sans avoir la prétention de faire de la musique sa profession.

    En 2005, une rencontre leur permet d'enregistrer un premier album intitulé « Sré Kidjalès », suivi d'un début de notoriété.

    En 2008, il rejoint le projet « Latchès » aux côtés de Yorgui Loeffler, Chriss Campion et Gino Roman.

    Les concerts s'enchaînent et Steeve Laffont est invité à jouer avec les plus grands guitaristes du jazz manouche. Parallèlement, il compose de manière inspirée par le jazz moderne.

    La sortie de son album "Swing for Jess" en 2009 reçoit un très bon accueil critique.

    A l'occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, « Le Chant du Monde » demande à Raphaël Faÿs de concevoir un hommage musical. Celui-ci décide de proposer un album ne comprenant que des compositions de Django, et il choisit, pour être à ses côtés sur cet album, deux guitaristes représentatifs de la nouvelle génération. Ce seront Steeve Laffont et  Yorgui Loeffler.     

    La consécration arrive lors de l'édition du Festival de Marciac en 2010. Après avoir dédié la soirée aux gens du voyage, Steve Laffont, Rudy Rabuffetti, Serge Oustiakine et Costel Nitescu (violon) font preuve de générosité et de virtuosité en jouant un swing endiablé qui leur vaut,  à la fin du concert, l'ovation de 7000 personnes.

    En 2012, Steeve Laffont délaisse la guitare de type Selmer pour passer à, la guitare jazz électrique, et il transforme le trio initial en quintette. Il propose un jazz moderne et inspiré sans pour autant oublier ses premières amours.

    En peu d'années, Steeve Laffont s'est imposé comme l'un des guitaristes du genre, alliant l'une des meilleures maîtrises techniques au service de son d'audace et de son originalité.

 

 

Olivier BLOCHET

Le 26 avril 2019  

 

(Cette chronique fait suite à une publication du 15 novembre 2015 entièrement réécrite pour son insertion dans le livre "LA ROUTE DU JAZZ MANOUCHE"  - 212 pages Editions La Comoé, 2018 - 9,50 euros)

 

© Droits réservés – Olivier Blochet - avril 2019 

 

 

Discographie

 

-Sré Kidjalès – Plus Loin Musique 2005

-Latchès – Universal 2008

-Swing for Jess – Le Chant du Monde / Harmonia Mundi 2009

-Live in Marciac – Le Chant du Monde / Harmonia Mundi 2010 (cd+dvd)

-Django et rien d’autres – avec Raphael Fays et Yorgui Loeffler – Le Chant du Monde 2010

-New Quintet – Le Chant du Monde / Harmonia Mundi 2012

- Enamoromaï – L'autre distribution 2016

- Night in Corsica – Christal Records / Pias 2019

 

Le livre dont est extrait cette chronique peut être commandé auprès de l'auteur au prix de 9,50 euros + 1,50 euros pour participation aux frais d'envoi, soit 11 euros à  : Olivier Blochet - 8 rue Principale 79290 BRION PRES THOUET. Dédicace sur demande lors de la commande.

Le livre dont est extrait cette chronique peut être commandé auprès de l'auteur au prix de 9,50 euros + 1,50 euros pour participation aux frais d'envoi, soit 11 euros à : Olivier Blochet - 8 rue Principale 79290 BRION PRES THOUET. Dédicace sur demande lors de la commande.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 10:07
CITA'LIVRES LE SALON DU LIVRE DU CHATEAU D'OLERON LES 27 ET 28 AVRIL 2019

Après deux ans d'absence, j'aurai le plaisir de participer au SALON CITA'LIVRES les 27 et 28 avril 2017, dans le très beau cadre historique de la citadelle au Château d'Oléron, de 9 heures à 18 heures avec une centaine d'auteurs nationaux et régionaux.

Une excellente occasion pour prendre le temps de vous présenter mon nouveau roman "ZUTRHA" dont l'action se déroule en Afrique subsaharienne.

Au plaisir de vous y retrouver pour partager un moment littéraire et peut être un petit verre de vin blanc avec des huîtres !

 

Olivier Blochet

Le 20 avril 2019

CITA'LIVRES LE SALON DU LIVRE DU CHATEAU D'OLERON LES 27 ET 28 AVRIL 2019
Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 10:10
La Esmeralda dansant. Illustration d'André Charles Voillemot, Maison de Victor Hugo, vers 1882.

La Esmeralda dansant. Illustration d'André Charles Voillemot, Maison de Victor Hugo, vers 1882.

 

    Le mystère attise la curiosité autant que le rejet à tel titre que les populations stigmatisées ont subi au cours des siècles la méfiance, la haine, la violence mais parfois aussi, la fascination.

    L’histoire et son prisme parfois déformant ne permettent pas toujours de situer dans le temps les origines de telle ou telle communauté, altérant toute humanité envers elles.

    Certaines communautés ont disparues en étant assimilées aux populations locales des contrées traversées, ne laissant que peu de traces de leurs particularismes. D’autres, en dépit des contraintes se sont imparfaitement intégrées en préservant leurs différences, et c’est bien cela qui leur est reproché.

    Les membres de la communauté Rrom - le terme générique et officiel donné, lors du premier Congrès mondial Tsigane en 1971, à divers groupes ayant pour origine commune le Nord-Ouest de l’Inde – représentent des  groupes en réalité très disparates, pour preuve les noms qu’ils se sont donnés, ou qui leur ont été donnés à travers les âges : Romanichels, Bohémiens, Manouches, Gitans, Roms …

    Après un long périple passant par la Perse, l’Arménie, le Péloponnèse, l’Empire Byzantin et l'Europe centrale, leur présence en France est signalée dès  le 15ème siècle.  Dans les chroniques de l’époque, ils sont décrits comme des dresseurs d’ours utilisant une langue inconnue,  en fait un jargon enrichi des langues des pays traversés dans lesquels ils ont plus ou moins longtemps résidés.

    Lors de leur arrivée en  France, ces voyageurs suscitent la curiosité et la fascination. La méfiance viendra plus tard.

    Leurs spectacles de danse ou de dressage sur les places des villages ou lors des foires, leurs tenues, notamment celles des femmes aux robes de couleurs chatoyantes et aux oreilles desquelles pendent des boucles d’oreilles, et  leur revendication assumée d’être de bons pèlerins  leur attirent la sympathie des villageois et parfois, pour les plus pauvres, la compassion.

    Puis, des accusations furent portées contre  les enfants, habiles à voler les spectateurs ou les passants. Ensuite, l’Église s’en mêla car la pratique de « la bonne aventure » (la chiromancie) lui faisait de l’ombre. Elle leur dénia d’ailleurs toute foi chrétienne.

    Ce rejet imposa aux voyageurs de reprendre la route, ce nomadisme si souvent perçu comme une preuve d’insoumission au contrôle du monarque et des autorités locales, jusqu’à ce que le vagabondage soit criminalisé par des lois répressives, une pratique étendue à toute l’Europe.

    La littérature a fait d’Esmeralda une enfant enlevée par les Bohémiens, faisant oublier ses charmes lorsqu’elle courrait entre les tours de Notre-Dame. Tout cela, pour alimenter et noircir un peu plus les fantasmes et les accusations souvent dépourvues de sens.

 

Olivier BLOCHET

Le 11 avril 2019

 

© Droits réservés – Olivier Blochet - avril 2019 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 13:45
DANS L'ACTU : "ZUTRHA", LE NOUVEAU ROMAN D'OLIVIER BLOCHET
DANS L'ACTU : "ZUTRHA", LE NOUVEAU ROMAN D'OLIVIER BLOCHET
DANS L'ACTU : "ZUTRHA", LE NOUVEAU ROMAN D'OLIVIER BLOCHET

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE BLOG DE OLIVIER BLOCHET
  • : Vous trouverez sur mon blog : mon actualité d'auteur avec mon programme de dédicaces et mes participations aux salons du livre, mes chroniques littéraires, mes chroniques noires, mes brèves, mes interviews d'auteurs, mes conseils de lectures, mes chroniques sur les Tsiganes, celles sur les musiciens de jazz. Toues mes chroniques sont protégées par un copyright et les dispositions légales sur la liberté d'expression.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens