Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 05:45
ET APRES LE 7 MAI ?

Ces derniers mois, nous avons assisté à une manipulation de l’opinion publique par les grands médias - le plus souvent aux mains des oligarques de la finance et de l’industrie – unis pour une fois avec pour objectif la promotion d’un seul homme, encore inconnu du grand public il y a quelques années et devenu incontournable en moins d’un an.

Cette promotion sans équivalent dans le passé s’est faite à visage découvert en dépit de quelques dénonciations vite balayées d’un revers de la main méprisant : la presse est libre, toutes critiques à son égard proviennent de complotistes. L’argument est simpliste et il permet d’écarter les vraies questions sur l’acharnement de la presse à l’encontre de tel ou tel candidat à la présidence de la République. Le rôle d’un journaliste, conformément à la charte de Munich est de rendre compte des événements en recoupant ses informations et certainement pas de faire des copier-coller en reprenant des informations fournies par d’obscures officines aux desseins inavouables, sinon ceux de permettre la confiscation du pouvoir au profit d’une minorité.

Face à un peuple désireux d’un renouveau démocratique assorti d’un personnel politique renouvelé, les candidats ont tous prôné le changement y compris les vieux briscards hantant le pouvoir ou les coulisses de celui-ci depuis des dizaines d’années. Entre les discours populistes et les projets totalitaires, la toile de fond demeure la même : tous les arguments sont bons pour accéder au pouvoir en servant au peuple les balivernes réactionnaires ou utopistes qu’il veut bien entendre. Les arguments sont tirés à chaque fois du quotidien, il suffit de surfer sur celui-ci pour aimanter les adhésions.

Dans un régime démocratique comme celui que l’on suppose en France, la prise de pouvoir a lieu par le biais des élections et non, comme dans de vilaines contrées, par la force.

Mais là, tous les coups ont été permis pour s’assurer de la maîtrise de l’opinion publique. Tout d’abord, les primaires nous ont été vendus comme la panacée universelle. A droite comme à gauche, nous en avons vu rapidement les limites : le non respect des chartes les entourant et les trahisons puis les défections semblent avoir été le leitmotiv dans les deux grandes formations entre lesquelles le match final devait se dérouler.

Ajoutons ensuite la révélation de quelques sordides affaires pour écarter un candidat de droite, l’abandon par ses camarades d’un candidat hébété d’avoir été choisi à gauche jusqu’à faire exploser tout un parti et l’avènement d’un candidat dont le financement de la campagne reste obscur.

Si nous écartons les candidatures fantaisistes et irréalistes de candidats qui n’y croyaient pas eux mêmes, les noms des challengers en lice pour le second tour étaient une évidence.

Les instituts de sondage appartenant à 80 % à la sphère d’influence qui soutenaient Macron les avaient d’ailleurs programmés avec une faible marge d’erreur.

En quinze de jours de campagne de l’entre-deux tours, les noms d’oiseaux ont fusé, les maladresses de deux néo candidats à la présidentielle furent souvent pathétiques. Le parti pris des médias (les relations incestueuses des journalistes avec le pouvoir devenant un secret de polichinelle) a fait le reste en misant sur le sursaut du front républicain.

Jusqu’au bout, les oracles ont critiqué l’abstention, ce venin qui allait faire le jeu de Le Pen. Ce trucage visait à fausser la réflexion des électeurs inscrits pour leur donner mauvaise conscience : « pense à tes enfants, si tu ne votes pas nous aurons Le Pen !

Les moralistes une fois de plus étaient à la manœuvre pour donner mauvaise conscience à ceux qui la plupart du temps ne voulaient ni de Le Pen, ni de Macron.

Soyons sérieux, il n’existait pas de doute, le report des voix de Fillon, Mélenchon et d’Hamon assurerait la victoire à Macron. La partialité des médias a permis de semer le doute sur les résultats du scrutin pour qu’Emmanuel Macron soit élu avec un gros score.

Et pourquoi ce désir ? Pour asseoir sa légitimité dès le début de son quinquennat.

En fait, ce scrutin montre que notre économie en crise est passée au second plan. Certains ont préféré la priorité, coûte que coûte, du maintien d’un système politique pourtant en bout de course et dont le peuple ne voulait plus.

Depuis 30 ans, le libéralisme promettait des jours meilleurs et à la place, les déficits et le chômage ont explosé, la délocalisation des entreprises s’est poursuivie sous des gouvernements de droite et de gauche à un rythme effréné, la paupérisation s’est installée durablement, la classe moyenne – celle qui maintenait un équilibre dans une société instable - disparaît petit à petit.

Le point de rupture est patent.

Le populisme de Le Pen et de Mélenchon n’étaient pas de nature à inverser la donne économique. Le choix de promouvoir un candidat, qui revendiquait lui-même sa virginité en politique, pour poursuivre la politique économique du dernier quinquennat s’est imposé, François Hollande et Manuel Valls n’ayant plus de crédibilité pour la mener.

Emmanuel Macron a désormais une feuille de route léguée par ses mentors en politique ( Hollande, Jouyet et Attali) et par les patrons de la finance mondiale : appliquer une politique européenne libérale et atlantiste en matérialisant une alliance gauche/droite, poursuivre la politique économique engagée et l’inscrire durablement dans l’avenir du pays en créant un grand parti démocrate et « progressiste », à l’issue des élections.

Je pose une question : est-ce pour ce programme que les Français ont voté ?

J’en doute ! En tous les cas, sûrement pas pour la démolition du code du travail, pour une réforme calamiteuse des retraites, pour l’allégeance sans conditions à l’Europe, et à la poursuite d’une politique d’alliances avec tel ou tel pour guerroyer dans le sillage des Etats Unis.

L’entourage d’Emmanuel Macron fait penser à l’inventaire de la Samaritaine : de Bernard Arnaud à Daniel Cohn Bendit, le grand écart paraît de nature à causer une grave déchirure sociale. Les influences multiples vont rendre son exercice du pouvoir délicat.

Pendant la campagne, il pouvait exposer une décontraction moderne grâce à sa popularité, mais la communication ne suffit plus désormais. Sa prochaine échéance, ce sont les élections législatives. Celles qui lui assureront ou non la majorité pour gouverner. S’il ne parvient pas à réunir une majorité, il s’ouvrira une nouvelle période de sclérose au détriment du peuple, et s’il y parvient, il sera aux ordres des puissances financières qui imposeront leurs choix à la société : croissance matérielle, surconsommation, des choix bien éloignés du règlement de la crise sociale et des enjeux écologiques.

 

 

Olivier Blochet

8 mai 2017

 

 

 

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Chroniques Noires
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 09:35
Le Courrier de l'Ouest - 5 mai 2017

Le Courrier de l'Ouest - 5 mai 2017

 

Voici le nouvel article paru sur mon roman LES AVENTURES DE VICTORIEN LAFLEUR, à la date anniversaire de la prise de Thouars par l'armée Vendéenne le 5 mai 1793 

 

Ce Roman relate les aventures d’un jeune officier Républicain durant les guerres de Vendée. Pendant l’insurrection des Vendéens, le capitaine Victorien Lafleur est envoyé par la Convention comme observateur sur le terrain des combats. Dans un climat politique et social douloureux, il devient le témoin des horreurs commises pendant ce conflit au nom de la République jusqu’à participer à l’accord de paix du 17 février 1795.

Rendu à la vie civile après cette guerre fratricide, il est chargé de traquer le grand maître de l’ordre de la Mandragore, un criminel qui profite du chaos provoqué par la guerre pour commettre des crimes odieux. Acquis aux idées révolutionnaires de son ami Gracchus Babeuf *, Victorien Lafleur tentera de faire évader celui-ci avant son procès.

Lors de ses aventures parsemées de rencontres amoureuses, Victorien connaîtra la violence, le doute et la désillusion avant de partir vers de nouveaux horizons. Ce roman pointe avec lucidité des similitudes politiques et sociales communes avec celles de notre époque.

Révolutionnairement vôtre !

 

Olivier BLOCHET

Le 5 mai 2017

 

* Babeuf et non Lafleur comme indiqué par erreur dans l'article.

 

QUAND L'HISTOIRE ECLAIRE L'ACTUALITE
QUAND L'HISTOIRE ECLAIRE L'ACTUALITE

Points de vente : Librairie Brin de lecture, Forum Média et Espace Culturel Leclerc à Thouars (79), Librairie Le Freneau à Bressuire (79), Espace Culturel Leclerc de Niort (79), Espace Culturel Leclerc de Saumur (49), Espace Culturel de Poirtiers (86), AMAZON, PRICEMINISTER, commande auprès de l'auteur (frais de port offerts), Salons du Livre.

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans PRESSE
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 18:43
NON EMMANUEL, L'EXCEPTION CULTURELLE FRANCAISE EXISTE

                                      ....... CHRONIQUE NOIRE n°7.......

 

La campagne pour les présidentielles 2017 s’achève et elle me laisse un goût amer : aucun des candidats n’a abordé le thème de la culture.

Morbleu si ! Un candidat en a parlé pour dire cette sottise (et je pèse mes mots, il sera probablement le prochain Président de la République : « Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse » (Emmanuel Macron, Lyon, le 4 février 2017).

Désolé Emmanuel, je ne suis pas d’accord avec toi.

Tout d’abord, ne prend pas ombrage de ma familiarité lorsque je t’appelle par ton prénom, mais depuis que tu m’as téléphoné directement chez moi et que matin, midi et soir tu entres dans mon intimité par l’intermédiaire de mon écran de télévision, tu as créé une proximité quasi amicale.

Sur le fond, je te rappelle qu’en 1993, l’Union Européenne avait instauré, à l’instigation de la France, un statut spécial pour les œuvres au sens large visant à les protéger des règles commerciales du libre-échange. Depuis, en d’autres termes, cela veut dire que la création culturelle ne constitue pas un bien marchand comme les autres et qu’elle doit être protégée par des règles différentes de celles de la seule loi du marché.

C’est à cette époque qu’est née l’expression « exception culturelle ».

A partir de là, l’intervention de l’État a été requise pour protéger et promouvoir la création culturelle et artistique française dans le monde. Elle a été construite autour d’un système de soutien de nature législative ou réglementaire (taxes pour financer le Centre National de la Cinématographie et de l’Image, quotas en matière de diffusion radiophonique d’œuvres musicales, diffusion par les télévisions d’un pourcentage d’œuvres en langue française, instauration du prix unique du livre, bourses littéraires, subventions aux théâtres, allègements fiscaux etc … ) dont on peut critiquer le coût mais qui ont permis la création de milliers d’emplois dans les domaines de l’audiovisuel, de l’art, de l’édition et de la musique grâce à une régulation de l’invasion de la musique anglo-saxonne et des supers-productions américaines.

Mais, il ne faut pas se méprendre. La France accueille à bras ouverts la culture étrangère car la diversité est nécessaire pour se nourrir de la richesse intellectuelle de nos partenaires. La seule limite à fixer est de ne pas céder à la mondialisation de la culture comme depuis 20 ans nos gouvernements successifs ont cédé par faiblesse à la mondialisation industrielle laissant disparaître ou partir des pans entiers de notre patrimoine productif, engendrant ainsi le chômage et l'appauvrissement de régions autrefois prospères.

Il ne s’agit donc pas d’avoir une conception défensive de la culture française mais de maintenir la préservation de celle-ci. Nier aujourd'hui son existence reviendra à terme à supprimer les aides publiques visibles pour adopter le système du mécénat invisible en vigueur aux Etats Unis (encouragé par des mesures fiscales). Et là, il en sera fini des salles de cinéma d’arts et d’essais, des petites maisons d’éditions dénicheuses de talents, de la musique alternative, de la création tout simplement.

Rejeter l’exception culturelle française, souvent en la caricaturant, est un non sens. Toutes les cultures doivent librement coexister.

Alors non Emmanuel, lundi tu ne pourras pas affronter - après avoir nié l’existence de la culture française et affirmé par ailleurs la nécessité de s’aligner sur les directives européennes - les commissaires européens hostiles aux subventions à certains secteurs, sans bousculer le grand mécano des aides actuelles.

Ce que je ne comprend pas, c’est le soutien sans réserve que t’apportent les représentants des « milieux culturels ». Certes, ton point de vue ne figure pas dans ton programme officiel, mais ces artistes, ces écrivains et ces intellectuels ne devraient-ils pas manifester leur désaccord ? Sont-ils suicidaires, eux qui vivent du système de protection de l’exception culturelle française ?

Je crains que pour le grand libéral que tu es, la tentation soit grande d’intégrer la culture française dans le grand marché du libre-échange pour la diluer dans un grand « fousitout ». Ce serait une grave erreur.

Franchement, après 20 ans de désindustrialisation dont on mesure chaque jour les effets, j’espère ne pas voir en quelques années voir disparaître la diversité de notre culture qui, durant des siècles, a gratuitement éclairé le monde.

 

Olivier Blochet

Le 3 mai 2017

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Chroniques Noires
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 18:20
Affiche du spectacle

Affiche du spectacle

 

Lorsque j'ai publié "CONTES, LEGENDES & CHRONIQUES TSIGANES" (Editions La Comoé 2015) je ne pensais pas que ce livre destiné à mieux faire connaître aux enfants l'univers imaginaire de la communauté Tsigane rencontrerait autant de succès auprès des enfants, des professeurs de français et des ... adultes en général.

La nouvelle vie de ces belles histoires réécrites pour être abordables par des enfants à partir de 10 ans était déjà une jolie satisfaction personnelle jusqu'à ce qu'au mois d'octobre 2016, les auteurs Françoise Faure et Robert Albert me demandent mon accord pour adapter des récits tirés de ce livre pour le théatre pour enfants. Je ne me considère pas comme le dépositaire de la culture Tsigane, et j'ai dit oui sans hésiter.

Et ce matin, je découvre l'affiche du spectacle qui sera joué samedi 6 mai 2017 à BONNAT, dans la Creuse, avec le petit texte suivant :

Les Mini-Tréteaux : Troupe de théâtre enfants, composée de 8 comédiens de 10 à 13 ans, plus 2 techniciens de 15 et 16 ans.
Le spectacle : 5 contes adaptés pour le théâtre (et pour être joués par des enfants), dont 3 tirés de "Contes et légendes tsiganes" d'Olivier BLOCHET dit Le Niglo.
Entrée libre et gratuite.

Une nouvelle joie pour moi dont l'objectif est, depuis plusieurs années, de proposer une réflexion de nature à faire porter un autre regard sur la communauté Tsigane.

 

Olivier Blochet

Le 2 mai 2017

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Chroniques Tziganes
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 11:00
L'envers du décor et autres cruautés de Christian Drillaud - éditions Koikalit avril 2017 - Isbn 9782918216568

L'envers du décor et autres cruautés de Christian Drillaud - éditions Koikalit avril 2017 - Isbn 9782918216568

Christian Drillaud, auteur à succès, délaisse la littérature policière le temps de nous proposer un recueil de 8 nouvelles noires et jubilatoires, oscillantes entre ironie, cruauté et indifférence. Le style est ciselé, souvent direct comme le veut l’art de la nouvelle. Après la lecture de ce recueil, on se souvient que les relations familiales ou amicales sont souvent empreintes d’arrières pensées pas toujours très catholiques : jalousie, xénophobie, appât du gain, secrets familiaux oubliés, vengeance froide.

En fait comme le pense l’un des personnages de Christian Drillaud :

« Au paradis, même les salauds ont une place d’honneur !

Un livre dont je recommande la lecture.

Olivier Blochet

Le 30 avril 2017

 

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Critique littéraire
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 08:00
JOURNEE DES ECRIVAINS LE LUNDI 1er MAI 2017 A JARD SUR MER (85)

Le lundi 1er mai 2017, j'aurai le plaisir renouvelé de participer à "la Journée des Ecrivains" sur le port de plaisance de Jard sur Mer (85). Il s'agit d'un salon du livre généraliste où tous les styles sont représentés. Autant dire que chacun peut y trouver son futur plaisir de lecture. J'y retrouverai mes amis Jean-Pierre Bonnet, Jean-Luc Loiret, Bertrand Gilet et Michel Soulard au milieu des 70 auteurs présents.

Plusieurs animations y seront également proposées : atelier d'écriture et jeux littéraires.

J'ajoute que le port de plaisance est un endroit magique.

Au plaisir de vous y retrouver.

 

Olivier Blochet

JOURNEE DES ECRIVAINS LE LUNDI 1er MAI 2017 A JARD SUR MER (85)
JOURNEE DES ECRIVAINS LE LUNDI 1er MAI 2017 A JARD SUR MER (85)
JOURNEE DES ECRIVAINS LE LUNDI 1er MAI 2017 A JARD SUR MER (85)
JOURNEE DES ECRIVAINS LE LUNDI 1er MAI 2017 A JARD SUR MER (85)
JOURNEE DES ECRIVAINS LE LUNDI 1er MAI 2017 A JARD SUR MER (85)
Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Salon du livre
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 13:09
SALON DU LIVRE DE VITRE (35)  LES 22 ET 23 AVRIL 2017

J'aurai le plaisir de participer au Salon du Livre de Vitré (53) les 22 et 23 avril 2017 de 10 heures à 18 heures. Une nouvelle occasion pour moi de présenter à mes lecteurs mon nouveau roman : "Les aventures de Victorien Lafleur".

Au plaisir de vous y retrouver

 

Olivier Blochet

SALON DU LIVRE DE VITRE (35)  LES 22 ET 23 AVRIL 2017
Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Salon du livre
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 09:00
CONFERENCE A L'UNIVERSITE DU TEMPS LIBRE DE LA ROCHELLE LE JEUDI 13 AVRIL 2017 : LES TSIGANES DE FRANCE : HISTOIRE ET PLACE DE LA COMMUNAUTE MANOUCHE ET GITANE DANS LA SOCIETE ACTUELLE

A l'invitation de l'Université du Temps Libre de La Rochelle, j'interviendrai le jeudi 13 avril 2017, sur le thème : Les Tsiganes de France : histoire et place de la communauté Manouche et Gitane dans la société actuelle.

Lieu et heure : Amphi Valin - Faculté de Droit de La Rochelle à 14 heures 30

Conférence accessible aux adhérents de l'UTL La Rochelle et également aux personnes non adhérentes ou non inscrites aux cycles, moyennant 7 €.

 

Olivier BLOCHET

 

CONFERENCE A L'UNIVERSITE DU TEMPS LIBRE DE LA ROCHELLE LE JEUDI 13 AVRIL 2017 : LES TSIGANES DE FRANCE : HISTOIRE ET PLACE DE LA COMMUNAUTE MANOUCHE ET GITANE DANS LA SOCIETE ACTUELLE
Les Tsiganes de France ou l'histoire des éternels étrangers - 2ème édition mise à jour - mars 2017

Les Tsiganes de France ou l'histoire des éternels étrangers - 2ème édition mise à jour - mars 2017

Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans conférence
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 08:30
CITA' LIVRES AU CHATEAU D'OLERON LES 8 ET 9 AVRIL 207

Pour la 3ème fois consécutive, j'aurai le plaisir de participer au SALON CITA'LIVRES les 8 et 9 avril 2017, au Château d'Oléron, de 9 heures à 18 heures avec une centaines d'auteurs nationaux et régionaux.et notamment mes amis Christian Drillaud et Claudine Aubineau.

Une excellente occasion pour prendre le temps de vous présenter mon nouveau roman "LES AVENTURES DE VICTORIEN LAFLEUR" dont l'action se déroule durant l'époque troublée des guerres de Vendée.

Au plaisir de vous y retrouver pour partager un moment littéraire et peut être un verre de vin blanc avec des huîtres !

 

Olivier Blochet

 

CITA' LIVRES AU CHATEAU D'OLERON LES 8 ET 9 AVRIL 207
CITA' LIVRES AU CHATEAU D'OLERON LES 8 ET 9 AVRIL 207
CITA' LIVRES AU CHATEAU D'OLERON LES 8 ET 9 AVRIL 207
CITA' LIVRES AU CHATEAU D'OLERON LES 8 ET 9 AVRIL 207
Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Salon du livre
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 08:30
SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017

J'aurai le plaisir de participer au prochain Salon du Livre de Chaniers (17) les 1er et 2 avril 2017, de 9 heures à 18 heures. Une occasion de présenter mon nouveau roman intitulé " LES AVENTURES DE VICTORIEN LAFLEUR", l'histoire d'un capitaine Républicain confronté aux guerres de Vendée.

Au plaisir de vous y rencontrer.

 

Olivier Blochet

 

SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017
SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017
SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017
SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017
SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017
SALON DU LIVRE DE CHANIERS LES 1er ET 2 AVRIL 2017
Repost 0
Published by Olivier BLOCHET - dans Salon du livre
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE OLIVIER BLOCHET
  • LE BLOG DE OLIVIER BLOCHET
  • : MES CHRONIQUES LITTERAIRES, MON ACTUALITE, MES CHRONIQUES SUR LES TSIGANES ET SUR LE JAZZ MANOUCHE, MES CHRONIQUES NOIRES.
  • Contact

Recherche

Liens